Présentation de l’archéoentomologie

L’archéoentomologie, discipline récente qui a véritablement émergée dans la seconde moitié du XXe siècle en Angleterre, a pour objet l’étude des insectes fossiles. Ses méthodes s’inspirent de l’entomologie du Quaternaire dont elle est issue. Elle a des applications dans plusieurs domaines de la recherche archéologique : paléoenvironnement, alimentation, santé, pratiques agricoles, rites funéraires.

Impact des activités humaines sur le paléoenvironnement

L’archéoenthomologiste peut étudier cet impact de l’Homme sur son environnement par l’analyse indirecte des perturbations mises en évidence dans les successions d’assemblages d’insectes subfossiles. Ces assemblages sont extraits de sédiments de sites naturels (lacs, tourbières, bras morts de rivières) situés, de préférence, à proximité des zones d’anciens habitats.
Par ses méthodes de prélèvement sur le terrain et d’interprétation des données, cette démarche est proche de celle suivie lors de recherches paléoclimatiques et paléoécologiques « classiques » en milieu non anthropisé.

Restes d’insectes fossiles issus de contexte archéologique, Marseille [© P. Ponel]
Restes d’insectes fossiles issus de contexte archéologique, Marseille [© P. Ponel]

Informations sur le mode de vie de nos ancêtres

La deuxième approche de l’archéoentomologie, peut-être moins connu en France, se propose d’obtenir des informations originales sur les divers aspects du mode de vie de nos ancêtres. Il s’agit ici d’analyser la composition des assemblages d’insectes (essentiellement sinanthropiques) contenus dans les sédiments issus des activités humaines, échantillonnés au cours de fouilles archéologiques.

Capsule céphalique de puce de chien, XIIIe siècle [© J.C. Beaucournu]
Capsule céphalique de puce de chien, XIIIe siècle [© J.C. Beaucournu]

Publications de Jean-Hervé Yvinec

Autres ressources en ligne

Liens utiles